Bruno Hantson

 

 

Document sans titre

Mary Wells

marywells1MARY WELLS


Née le 13/05/1943 Décédée le 26/07/1992


 Esther Wells est née à Detroit. Elevée par sa mère qui faisait des ménages pour élever ses trois enfants, Mary fut frappée, à deux ans, par une méningite ce qui lui occasionna une légère paralysie, une perte partielle de la vue et de l’ouïe : si ces deux derniers sens lui revinrent assez vite, elle eut beaucoup de mal à apprendre à remarcher.


marywells2Comme beaucoup d’enfants noirs, elle commença à chanter dans le chœur de son école, la Northwestern High School, à 10 ans puis dans des concours et clubs de Detroit. A 16 ans, en 1959, elle rencontra l’un des assistants de Berry Gordy Jr., Robert Bateman, qui la présenta à Gordy lors d’une audition: elle avait écrit la chanson « Bye Bye Baby » pour Jackie Wilson. Comme elle ne savait pas transcrire les notes, elle interpréta la chanson a capella devant Gordy : non seulement  il accepta la chanson mais en plus il lui fit signer un contrat d’artiste et lui demanda de la chanter elle-même ! La session d’enregistrement eut lieu en décembre 1960, le single est sorti en 1961 (….) et devint le premier succès pour la chanteuse (45ième. position dans le top 50). C’est également en 1960 qu’elle épouse son premier mari, Herman Griffin dont elle divorcera trois plus tard…


marywells3Gordy lui fit ensuite enregistrer d’autres chansons ( « I Don’t Want to Take a Chance » et « Strange Love ») qu’elle avait également écrites. Comme le succès de « Strange Love » n’était pas au rendez-vous, Gordy décida d’associer Mary Wells à Smokey Robinson : le duo était gagnant… Mary Wells connut alors une série de succès qui lui apportèrent le statut de première vedette de Motown avec, dès 1962, des titres comme « The One Who Really Loves You », « You Beat Me To The Punch » et « Two Lovers » : quand l’album « The One Who Really Loves You » parut, il fut la meilleure vente du label. Par la suite, elle réalisa encore d’autres succès comme « You Lost the Sweetest Boy » (avec les Supremes et les Temptations au chœur…) ou « What’s Easy For Two Is So Hard For One ».


Mary Wells4 C’est en 1964 qu’elle remporta son plus grand succès, toujours en collaboration avec Smokey Robinson, et plaça une chanson en première position du hit-parade, il s’agit bien sûr de « My Guy », elle avait alors 21 ans... Un an plus tard, les Temptations allaient eux aussi connaître le succès avec une chanson « réponse » du même Smokey Robinson, « My Girl ».


Elle participa également à l’album de duos de Marvin Gaye « Together » interprétant avec ce dernier deux titres qui se classent dans le hit : « Once Upon A Time » et « What’s The Matter With You, Baby ».


Elle se lie alors d’amitié avec les Beatles, surtout John Lennon, qui déclarent que Mary Wells est leur chanteuse américaine préférée ! Ils l’invitèrent d’ailleurs à faire la première partie de leur tournée au Royaume-Uni. Elle enregistra par la suite, après avoir quitté Motown, un album intitulé « Love Songs To The Beatles » dont certains titres étaient écrits par les Fab Four.


Après le succès de « My Guy », Mary Wells, poussée par son mari, l’ auteur – producteur Herman Griffin, decide de quitter Motown et invoque le fait , pour casser son contrat, qu’elle était mineure au moment de la signature… Elle est au faîte de sa carrière et Gordy n’ayant pu l’empêcher légalement de quitter son label fera tout auprès des autres maisons de disques pour qu’elle ne trouve pas de contrat. Il faut préciser qu’elle décida de quitter Motown suite à la proposition de  la 20th Century Fox : un très gros contrat de $ 500.000 et la promesse d’une carrière cinématographique ; elle enregistra immédiatement un album qui ne fonctionna pas et ne tourna jamais dans aucun film… Vu le manque de succès, le contrat fut rompu en 1965.


Sur un plan personnel, elle épousa en 1966 Cecil Womack, le frère du chanteur Bobby Womack, avec qui elle eut trois enfants sur les onze années de leur union qui se termina en 1977. Elle eut encore un enfant avec le frère de son ex-mari, Curtis Womack.


Elle passa ensuite par différents labels : Atco, Jubilee, Reprise, essayant de profiter de la vague Disco chez Epic en 1982. Elle ne connut plus jamais un succès équivalent à celui qu’elle avait remporté chez Motown.


On la retrouve ensuite chez Allegiance Records, label pour lequel elle réinterprétera ses anciens succès, puis en 1990, elle réalisera son dernier album « Keeping My Mind On Love » pour Motorcity Records.


Mary Wells5 C’est cette année 1990 qu’on lui diagnostique un cancer du larinx (elle fumait deux paquets de cigarettes par jour…) : pour se soigner, elle doit vendre sa maison, ses biens. Son traitement détruira sa voix la forçant à arrêter ses tournées. N’ayant plus les moyens de subvenir au coût de ses soins, ses amis se mobiliseront pour l’aider financièrement : parmi eux, Diana Ross, Mary Wilson, Martha Reeves mais aussi Aretha Franklin, Rod Stewart ou Bruce Springsteen.


Durant l’été 1992, atteinte d’une pneumonie, elle décèdera au Kenneth Norris Hospital de Los Angeles.


 © Tous droits réservés.


roits réservés.

© tous droits réservés.


 


Document sans titre

Copyright © 2012 Bruno Hantson