Bruno Hantson

 

 

Document sans titre

Barrett Strong

barrett strong1BARRETT STRONG


Né le 05/02/1941


Barrett Strong n’est pas à proprement parler une vedette de la Motown et pourtant… Il est le premier artiste, en tant qu’interprète, à avoir connu le succès avec « Money (that’s what I want) » en 1960. Originaire de West Point dans le Mississipi, sa famille viendra s’établir à Detroit alors qu’il n’a que 5 ans. Il fait partie, dès son plus jeune âge, avec ses sœurs, d’un groupe de gospel dans lequel il joue du piano.


Le chanteur Jackie Wilson avait été à l’école avec l’une des sœurs de Strong ; l’ayant entendu jouer, Wilson lui dit qu’il connaissait un ami qui travaillait dans la musique et lui proposa alors de le présenter à cet ami, Berry Gordy Jr. : c’était en 1957.


Il semble que Barrett Strong ait enregistré deux chansons, pour Tamla, en 1959 (« Let’s Rock » et « Do the Very Best You Can ») dont on ne trouve pas trace dans la discographie de la firme…


Selon Janie Bradford, qui faisait partie de l’équipe naissante de Gordy, ces jeunes dont elle faisait partie comme Brian Holland, étaient étudiants et ne pouvaient venir au studio pour travailler sur des chansons que dans l’après-midi. Pendant l’une de ces séances de travail, Gordy cherchant des idées pour écrire des paroles, demanda à sa jeune équipe de penser à ce que, par exemple, tout le monde désire… elle se serait alors écriée «  de l’argent ! », en anglais, Money…


Alors qu’ils étaient en train d’écrire et répéter les paroles, Barrett Strong était présent et comme il se débrouillait mieux que Gordy au piano, il joua et chanta au fur et à mesure la chanson durant l’écriture : c’est donc finalement lui qui fut désigné interprète !


Anecdote : dans les musiciens qui accompagnent Strong sur ce titre, on retrouve Benny Benjamin (futur batteur des Funk Brothers), Brian Holland au tambourin (futur interprète, auteur et producteur à succès de Motown), le frère de Strong sur une guitare, les Rayber Voices (voir page sur Berry Gordy) aux chœurs et deux inconnus, un guitariste et un bassiste, venus demander s’ils pouvaient jouer pour Motown et qui ne participèrent à aucune autre session (beaucoup de candidats musiciens ou interprètes venaient régulièrement proposer leurs services à Gordy sans nécessairement être retenus…).


A la sortie du disque, la demande était tellement importante que Gordy qui n’avait pas encore, pour son jeune label, de distribution nationale demanda à sa sœur Gwen d’éditer le titre sur son propre label, Anna Records, qui, lui, bénéficiait d’une distribution nationale par Chess Records. On trouve donc des copies de ce 45T sur le label Tamla et sur le label Anna.


Avant la fin de 1961 et après deux autres 45T, Strong quitta le label et fut signé, sur le label Atco du groupe Atlantic, par le duo d’auteur-compositeur à succès Doc Pomus et Mort Shuman (oui, celui qui a écrit « Un Eté de Porcelaine ») qui écrivaient notamment pour Elvis Presley. Cette collaboration fut de courte durée et après avoir fait un rapide passage chez Vee-Jay et Okeh, il revint chez Motown en 1966.


barrett strong2Il fit équipe avec Norman Whitfield qu’il avait connu alors qu’ils étaient étudiants et qui était devenu producteur : le duo créa une foule de succès que vous connaissez tous comme, par exemple, « I heard it through the grapevine » de Marvin,  « War » de Edwin Starr, « Smiling Faces Sometimes » des Undisputed Truth et, pour les Temptations, « Cloud Nine », « I can’t Get Next to You », « Psychedelic Shack » et le fameux « Papa Was a Rolling Stone » chanson pour laquelle Strong reçut en 1973 l’Award de la meilleure chanson R&B.


Il quitta définitivement Motown après que Gordy eut déménagé ses installations à Los Angeles en 1972.


barrett strong3 Strong continua comme interprète, d’abord chez Epic puis chez Capitol, et créa ensuite son propre label, Blaritt Records.  


 


 © Tous droits réservés.

Document sans titre

Copyright © 2012 Bruno Hantson