Bruno Hantson

 

 

Document sans titre

Norman Whitfield

whitfield1 NORMAN WHTFIELD 12/05/1941 – 16/09/2008


Norman Whitfield est né dans le quartier « chaud » de New-York, Harlem. Durant son adolescence, sa famille déménagea à Detroit pour le travail de son père. Le jeune Whitfield (comme beaucoup de jeunes de Detroit) « trainait » souvent aux alentours du QG de Motown ; il finit par se faire engager, tout d’abord comme joueur de tambourin, accompagnant notamment Popcorn & the Mohawks, groupe peu connu de Motown, puis fut intégré par le Boss, Berry Gordy, dans le Département Qualité. Gordy avait déjà repéré le potentiel du jeune Whitfield…
Ce jeune aux dents longues fut ensuite admis dans le staff d’auteurs – compositeurs « maison ».En 1963, il connut son premier succès en co-écrivant le titre « Pride and Joy » pour Marvin Gaye. On lui doit également, dans ses premiers succès, « Too many Fish in the Sea » des Marvelettes ou « Needle in a Haystack » des Velvelettes.
whitfield3C’est en 1966 qu’il s’associe avec le parolier Barrett Strong (on les voit ici ensemble), chanteur du premier succès de Motown en 1959 « Money », devenu lui aussi membre du team d’auteurs – compositeurs. Ils composent ensemble « Ain’t too Proud to Beg » pour les Temptations qui fait un meilleur résultat dans les charts que « Get Ready », composé par Smokey Robinson. Berry Gordy avait été clair avec ce dernier : si le titre de Whitfield/Strong faisait un meilleur résultat que le sien, il perdait la production des Temptations…
Whitfield sera le producteur des Temptations jusqu’en 1974. Avec son compère Strong, ils tailleront sur mesure des chansons pour les Temps qui vont connaître une série de succès, entre autres, « Beauty is Only Skin Deep », « I know, I ‘m Losing You », « I can’t Get Next to You » ou le fameux « Papa Was a Rolling Stone ».
 Ils travailleront également pour d’autres artistes Motown. On leur doit notamment « I Heard it Through the Grapevine » qui fut d’abord, on l’oublie trop souvent, un succès pour Gladys Knight and the Pips (le best-seller de la firme à ce moment) que surpassa la version de Marvin Gaye un an plus tard.
Après le remplacement de David Ruffin par Dennis Edwards comme chanteur des Temptations en 1968, le duo Whitfield/Strong va changer de style : nouveaux sons, paroles contestataires, style plus funk voire  rock . Les Temptations reprocheront d’ailleurs à Whitfield de privilégier l’arrangement de la musique à celui de leurs voix. Il faut dire qu’on est, à ce moment, loin des mélodies sirupeuses de Smokey Robinson mais l’époque de la mode psychédélique a changé la donne…. « Cloud Nine » fut le premier d’une longue série de chansons traitant de sujets sociaux comme la guerre ou la pauvreté. C’est à ce duo de choc que l’on doit également « War » ou « Don’t Stop the War » d’Edwin Starr. De plus, le départ du trio Holland – Dozier – Holland a laissé le champ libre à Whitfield pour utiliser de nouvelles techniques, de nouveaux sons, de nouveaux effets.
On ne peut parler de Norman Whitfield sans évoquer un autre groupe : The Undisputed Truth. Ce groupe n’a pas laissé un grand souvenir dans la mémoire collective lorsqu’on évoque les artistes « Motown » et pourtant, arrivé en 1970 au sein de la firme de disques, il fut plus qu’un groupe expérimental pour Whitfield (ce statut réducteur de « groupe expérimental » est souvent attribué à Undisputed Truth des chroniqueurs). Vous pourrez d’ailleurs remarquer en consultant la discographie de The Undisputed Truth que certains titres furent repris par les Temptations qui, eux, connurent le succès… Le plus bel exemple pour illustrer ceci est sans doute « Papa Was a Rolling Stone » qui fut enregistré par le groupe en mai 1972 et n’a atteint que la 63ième.place dans les charts. Quatre mois plus tard, les Temptations en enregistrent une version « retravaillée », atteignent la 1ère.place et remportent plusieurs Grammy Awards avec le même titre… Aux dires de certains spécialistes, il semblerait que ce soit le timbre de voix particulier du chanteur du groupe qui soit la cause du manque de succès… Il faut réhabiliter ce groupe qui a quand même produit six albums et onze singles durant son passage chez « Motown » avec de très belles « plaques » !
Norman Whitfield quitta le label en 1975 pour créer sa propre compagnie : Whitfield Record. Le premier groupe édité sous ce label fut… The Undisputed Truth ! Norman Whitfield a connu un grand succès avec un autre groupe sur ce label en 1976 : Rose Royce avec le fameux « Car Wash » support du film  du même nom ; Rose Royce, rebaptisé par Whitfield,  était en fait le « backing band » d’Edwin Starr et s’appelait initialement Total Concept Unlimited.
Il est revenu par la suite chez Motown, le temps de produire un nouveau titre pour les Temptations en 1983 « Sail Away » et, en 1985, la B.O. du film « The Last Dragon », film d’arts martiaux, sur laquelle on retrouve les artistes « Motown » que sont Stevie Wonder, De Barge, Syreeta ou encore Willie Hutch et les Temptations.
Il s’est ensuite complètement retiré de milieu musical et fut confronté à des ennuis avec l’Administration fiscale : il a été condamné à une amende de $25.000 et 6 mois de prison pour fraude et faute de déclaration de revenus entre 1995 et 1999.
norman whitiefdNorman Whitfield échappa à l’emprisonnement en raison de son état de santé. Souffrant de diabète, il vécut les derniers mois de sa vie au Cedars-Sinai Medical Center de Los Angeles, tombant , durant les dernières semaines, dans un coma dont il ne sortit jamais… Selon le chanteur de The Undisputed Truth, Joe Harris, Norman Whitfield mourut paisiblement dans son sommeil vers 15h30 le mardi 16 septembre 2008, il avait 67 ans. Il laisse derrière lui une femme et quatre enfants : la relève ?


 © Tous droits réservés.

Document sans titre

Copyright © 2012 Bruno Hantson